Expositions

La Fondation soutient et participe à l'organisation d'expositions sur Francis Bacon, en partenariat avec des institutions locales et internationales. En apportant son expertise et en consentant des prêts, elle accompagne la réalisation de ces expositions, qu'elles soient individuelles ou collectives.

Vis à Vis. Fernand Léger et ses Ami.e.s

Vis à Vis. Fernand Léger et ses Ami.e.s

Musée Fernand Léger, Biot 14 avril – 17 septembre 2018

La Francis Bacon MB Art Foundation participe à une exposition au musée national Fernand Léger.

Notre Fondation apporte son soutien à l’exposition « VIS-A-VIS. FERNAND LÉGER ET SES AMI.E.S » présentée du 14 avril au 17 septembre 2018 au musée national Fernand Léger à Biot, dans les Alpes-Maritimes.

Le musée national Fernand Léger poursuit son exploration des relations amicales et artistiques entre le peintre Fernand Léger (1881-1955) et les artistes de son temps. En mettant en vis-à-vis les collections du musée et une sélection d’œuvres créées par des peintres et sculpteurs majeurs de l’avant-garde européenne, l’exposition révèle les influences mutuelles entre l’œuvre de Fernand Léger et celle des autres artistes de cette période, dans un contexte de bouillonnement artistique au tournant du XXe siècle.

La signification du terme « ami » s’élargit en abordant aussi la question de la postérité de Fernand Léger : son œuvre est en effet devenue une source d’inspiration féconde pour des artistes essentiels de la seconde moitié du XXe siècle, tels Roy Lichtenstein ou Francis Bacon qui, par-delà les générations, ont créé un lien fort, intellectuel et esthétique, avec leur illustre prédécesseur.

La Francis Bacon MB Art Foundation participe à cette exposition aux côtés du Musée national d’Art moderne de Paris, de la Villa Arson à Nice, de la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence et de la Fondation Louis Vuitton à Paris.

Notre institution prête à cette occasion la première œuvre connue de Bacon intitulée ‘Aquarelle’ (1929) ainsi qu’un rare tapis de l’artiste britannique datant de sa courte carrière de décorateur et de créateur de mobilier à Londres au tournant des années 1930.

 

Bacon-Giacometti

Bacon-Giacometti

Fondation Beyeler, Bâle 29 avril – 2 septembre 2018

Une exposition Francis Bacon - Alberto Giacometti à la Fondation Beyeler à Bâle.

La Francis Bacon MB Art Foundation prend part à l’exposition « Bacon - Giacometti » qui se tient à la Fondation Beyeler à Bâle du 29 avril au 2 septembre 2018. L’exposition est organisée par la Fondation Beyeler en coopération avec la Fondation Giacometti à Paris.

Cette exposition muséographique est la toute première à étudier en profondeur les carrières parallèles de deux des artistes les plus influents du XXème siècle : Alberto Giacometti (1901–1966) et Francis Bacon (1909–1992).

Catherine Grenier, conservatrice et directrice de la Fondation Giacometti à Paris, Michael Peppiatt, spécialiste de Bacon et ami proche de l‘artiste, ainsi que Ulf Küster, conservateur à la Fondation Beyeler, révèlent à travers la centaine d’œuvres présentées dans cette vaste exposition des parallèles étonnants, apportant un éclairage sur ces deux artistes qui avaient noué une amitié par l’entremise d’Isabel Rawsthorne, une amie commune.

Notre institution prête à cette occasion plusieurs photographies provenant de sa collection dont certaines prises par des photographes de renom tels que Mario Dondero ou Edward Quinn ainsi que d’autres plus intimes.

 

Francis Bacon/Bruce Nauman. Face à face

Francis Bacon/Bruce Nauman. Face à face

Musée Fabre, Montpellier 1er juillet - 5 novembre 2017

La Francis Bacon MB Art Foundation participe à l’exposition « Francis Bacon/Bruce Nauman. Face à face » qui se tient au musée Fabre de Montpellier du 1er juillet au 5 novembre 2017.

Si Francis Bacon et Bruce Nauman appartiennent à deux générations et deux contextes artistiques très différents, la confrontation que propose cette exposition permet de renouveler notre regard sur ces deux grands artistes du xxe siècle. Car au-delà des moyens et des champs d’exploration distincts, tous deux partagent une conception expérimentale de l’art. Ils éprouvent également une fascination pour le corps, ses possibles déformations, transformations ou agressions, son animalité. Ils explorent dans leurs œuvres respectives la notion de contrainte et d’entrave, tant physique que psychologique.

Cette exposition, conçue par Cécile Debray, Conservateur en chef au Musée national d’Art Moderne / Centre Pompidou, est construite autour et à partir d’un groupe important d’une dizaine d’œuvres généreusement prêtée par le Centre Pompidou dans le cadre des festivités de son 40e anniversaire. D’autres prêts prestigieux de collections muséales et particulières complètent cet ensemble, pour offrir au public une sélection d’une soixantaine d’œuvres - tableaux, dessins, sculptures, néons, vidéos et installations. Un parcours à l’image de ces deux artistes, spectaculaire et déroutant.

Notre institution prête à cette occasion deux tableaux de Francis Bacon : Figure with Monkey (1951) et Study for a Portrait (1979). Elle a également fourni plusieurs photographies pour l’élaboration du catalogue de l’exposition et du site internet du musée.

Francis Bacon, Monaco et la culture française

Francis Bacon, Monaco et la culture française

Grimaldi Forum, 2 juillet - 4 septembre 2016

Le Grimaldi Forum Monaco consacre son exposition estivale 2016 (du 2 juillet au 4 septembre) à « Francis Bacon, Monaco et la culture française » dont le commissariat a été confié à Martin Harrison, auteur du catalogue raisonné de Francis Bacon. Cette exposition est réalisée avec le concours de la Succession Francis Bacon à Londres et de la Francis Bacon MB Art Foundation à Monaco.

Cette exposition, qui présente plus d’une soixantaine d’œuvres, est l’un des projets les plus ambitieux sur la Côte d’Azur.

Le Grimaldi Forum invite le public à découvrir l’œuvre de Francis Bacon (né à Dublin en 1909 et mort à Madrid en 1992, qui a vécu à Londres, Paris et Monaco) sous un angle inédit : l’influence de la culture française et sa période monégasque. Sont ainsi présentés des triptyques majeurs, des tableaux parmi les plus significatifs de l’artiste, et d’autres moins connus, regroupés par thématiques et se référant directement ou indirectement à la France et à Monaco.

L’une des particularités de cette exposition est d’offrir un regard croisé destiné à montrer les œuvres majeures des grands maîtres ayant inspiré Francis Bacon : Giacometti, Léger, Lurçat, Michaux, Soutine, Toulouse-Lautrec, etc.

La sélection des œuvres, issues de collections publiques et privées, s’est opérée avec le désir de démontrer toute l’éloquence et la puissance de la peinture de ce « monstre sacré ». Parmi les grandes institutions prêteuses, citons la Tate Britain à Londres, Arts Council Collection, l’Art Gallery de New South Wales, le Centre Pompidou, ainsi que de nombreuses collections privées.

Francis Bacon s’est fortement imprégné de la culture française dès son premier séjour parisien à la fin des années 1920. Au printemps 1927, alors âgé de 17 ans, il s’installe à Chantilly, où la famille Bocquentin l’accueille et lui enseigne le français. La même année, au cours d’une exposition à la Galerie Paul Rosenberg à Paris, il découvre les peintures de Picasso, qui vont forcer sa vocation de peintre.

En juillet 1946, après avoir vendu son tableau Peinture 1946 à Erica Brausen, qui deviendra sa marchande d’art deux années plus tard, Bacon quitte Londres pour la Principauté  où il s’installera jusqu’au début des années 1950. C’est à Monaco qu’il peint son premier « pape » inspiré principalement du Portrait du pape Innocent X de Vélasquez et qu’il commence à concentrer son travail sur la forme humaine. C’est une étape décisive dans son œuvre qui l’amènera plus tard à être reconnu comme l’artiste figuratif le plus énigmatique de l'après-guerre.

Tout au long de sa vie, Bacon n’a cessé de séjourner à Monaco et dans le sud de la France. Dans les années 1950 et 1960, il reviendra souvent avec son cercle d'amis de Soho et de Wivenhoe. Au cours des deux décennies suivantes, on l’y apercevra surtout avec ses amis parisiens et avec John Edwards, qui était à la fois sa « muse » et son compagnon.

Bacon prend un atelier-appartement à Paris en 1974 qu'il va garder jusqu'en 1984. Il y peint de nombreux tableaux et les portraits de ses amis parisiens, notamment Michel Leiris et Jacques Dupin.

Bien que deux rétrospectives lui aient été consacrées de son vivant à la Tate Gallery, en 1962 et 1985, celle du Grand Palais à Paris, en 1971, est considérée comme l’événement le plus important de sa carrière. Seul Picasso avait eu le privilège de se voir offrir une rétrospective de son vivant au Grand Palais en 1966.

Une itinérance de l’exposition, recentrée sur les relations de l’artiste avec l’Espagne, est ensuite programmée au Guggenheim Museum de Bilbao, du 30 septembre 2016 au 8 janvier 2017.

Cette exposition est aussi le premier grand événement organisé sous l’égide de la toute récente Francis Bacon MB Art Foundation, inaugurée à Monaco le 28 octobre 2014 (jour anniversaire de la naissance de l’artiste) par S.A.S le Prince Albert II. Cette institution, à but non lucratif, est l’unique fondation au monde dédiée à l’artiste. Sa mission est de promouvoir une meilleure compréhension de l’œuvre, de la vie et des méthodes de travail de Francis Bacon au niveau mondial, tout en portant une attention particulière à la période durant laquelle le peintre vécut et travailla à Monaco et en France.

La Fondation soutient de nouvelles recherches sur le peintre, parraine des artistes émergents, organise des expositions et des séminaires sur l’œuvre de Bacon en partenariat avec des institutions locales et internationales, et finance des projets associés à l’artiste.

Francis Bacon – Invisible Rooms

Francis Bacon – Invisible Rooms

Tate Liverpool 18 mai - 18 septembre 2016

La Francis Bacon MB Art Foundation et la Succession Francis Bacon font partie des institutions apportant leur soutien à l’exposition intitulée « Francis Bacon : Invisible Rooms » qui se tient du 18 mai au 18 septembre 2016 à la Tate Liverpool. 

Elle s’annonce comme la plus grande exposition dédiée à Francis Bacon jamais organisée dans le nord de l’Angleterre. Cet événement rassemble plus de trente-cinq œuvres dont vingt-six tableaux, et un grand nombre d’œuvres sur papier ainsi que du matériel d’archive.

L’exposition dont le commissariat a été confié à Kasia Redzisz (conservatrice en chef, Tate Liverpool), Lauren Barnes (assistante de la conservatrice, Tate Liverpool) et Ina Conzen (conservatrice et directrice adjointe de la Staatsgalerie à Stuttgart) s’attache à examiner un élément significatif dans l’œuvre de l’artiste, peu étudié jusqu’alors. Dans les années 1930, Bacon a commencé à introduire dans ses tableaux des cages cubiques ou elliptiques autour des personnages pour créer des compositions dramatiques. Ces pièces imaginaires accentuent l’isolement des personnages représentés et attirent l’attention sur leur condition psychologique. L’acte de placer le modèle dans des « pièces invisibles » guide l’attention vers la complexité des émotions humaines, ressenties mais ne pouvant être vues.